Actualités Hardware

La nouvelle puce pour ordinateur de poche de Qualcomm a Steam Deck et AMD en ligne de mire

Photo of author

Publié par Sacha

Publié le

Bien plus qu’une simple puce de téléphone améliorée.

Qualcomm a annoncé une nouvelle gamme de puces destinées aux ordinateurs de poche destinés aux jeux. Le modèle le plus performant, le Qualcomm Snapdragon G3x Gen 2, est censé être deux fois plus rapide que son prédécesseur. Parviendra-t-il à s’imposer face à la Steam Deck ou même à l’impressionnante APU Phoenix d’AMD sur des ordinateurs de poche tels que l’Asus ROG Ally ?

La nouvelle gamme Snapdragon pour les ordinateurs de poche de jeu comprend trois puces. Outre le G3x Gen 2 mentionné plus haut, il y a le G1 et le G2. Le G1 est un élément à très faible consommation conçu pour prendre en charge le streaming de jeux sur un ordinateur de poche plutôt que d’exécuter les jeux localement, tandis que le G2 est un élément de milieu de gamme analogue à un processeur de smartphone.

Nous pouvons donc nous passer des G1 et G2, car ils ne font pas bouger l’aiguille en termes de performances. Mais qu’en est-il du Snapdragon G3x Gen 2 ? Comment se compare-t-il à l’APU AMD Aerith de la Steam Deck ou à la puce AMD Phoenix encore plus puissante de l’Asus ROG Ally, ainsi qu’à la pléthore d’ordinateurs de poche de jeu, dont de nouveaux exemples semblent apparaître presque chaque jour ?

Il est difficile de répondre à cette question, étant donné la grande diversité des architectures et des plates-formes de systèmes d’exploitation. Le G3x Gen 2 est équipé d’un processeur ARM à huit cœurs et consomme entre 15 et 18 watts, ce qui est nettement plus proche de la Steam Deck que de la ROG Ally en termes de consommation d’énergie. Son GPU Adreno A32 est censé être deux fois plus rapide que celui de la G3x Gen 1 utilisée dans la console portable Razer Edge, mais c’est probablement nécessaire étant donné qu’il s’agit d’un appareil axé sur le streaming et non d’un appareil conçu pour faire tourner des jeux AAA en local.

Interrogé directement par The Verge sur la manière dont la nouvelle puce se compare aux autres appareils portables, Mithun Chandrasekhar, directeur des jeux chez Qualcomm, n’a pas donné de réponse directe, déclarant de manière plutôt pompeuse : « Je peux théoriquement augmenter les performances à 2 GHz et battre à plate couture les autres appareils portables, mais vous obtiendrez alors 30 minutes d’autonomie. »

Cela implique que le G3x Gen 2 donne la priorité à l’autonomie de la batterie plutôt qu’aux performances, ce qui le rend très différent des derniers ordinateurs de poche équipés d’AMD Phoenix, qui ont une autonomie très limitée, en particulier lorsqu’ils jouent à des jeux exigeants dans des modes de performance plus élevés.

Cela dit, Qualcomm a produit un modèle d’ordinateur de poche de référence basé sur la puce qui a tout l’air d’un tueur de Steam Deck. Il est équipé d’un écran OLED 1080p-plus de 6,8 pouces cadencé à 144 Hz, de 12 Go de DDR5 et la puce prend également en charge le stockage SSD PCIe 4.0. Alors, oui, ce n’est pas un simple téléphone.

Le vrai problème de ces puces Qualcomm, bien sûr, c’est la prise en charge des logiciels et des jeux. Le nombre de ce que l’on pourrait appeler des jeux haut de gamme sur Android est en train de se réduire comme peau de chagrin. On peut donc se demander si Qualcomm prévoit de prendre en charge une sorte de plate-forme de transcodage qui permettrait aux jeux Windows de fonctionner sur la puce, à l’instar des couches Proton de Valve et Game Porting Toolkit d’Apple.

La réponse simple est oui, Qualcomm y travaille. La réponse plus compliquée, impliquant des détails concrets, devra attendre.

Au final, le nouveau Qualcomm Snapdragon G3x Gen 2 ne semble pas avoir l’étoffe d’un tueur de Deck, et encore moins celle d’un Asus ROG Ally en termes de performances pures.

Oui, le G3x Gen 2 semble se situer au niveau des performances du Steam Deck, ce qui n’est pas une mauvaise chose. C’est juste que ça ne laisse pas beaucoup de performances sur la table pour faire tourner du code Windows x86 non natif dans une sorte de mode de compatibilité.

Par conséquent, ces nouvelles puces Qualcomm n’auront probablement pas beaucoup d’impact sur les jeux sur PC portables.

Aucune étiquette pour cette publication.

Laisser un commentaire