Tests

Test : Wanted: Dead review

Photo of author

Publié par Dylan Lafarge

Publié le

Cela me rappelle les vieux jeux d’action PlayStation, mais pas toujours dans le bon sens.

Wanted : Dead aurait totalement défoncé à la fin des années 2000. C’est un hack-and-slash sans fioritures avec un démembrement écœurant, un doublage de niveau B et des tas de jank. C’est exactement ce que visait le développeur Soleil, soutenu par plusieurs anciens travailleurs de Ninja Gaiden et Dead or Alive. Mais en l’année de notre seigneur 2023, sa vision sans vergogne ne conviendra pas à tout le monde.

Malheureusement, je fais partie de ces personnes. Je suis un grand amateur de Team Ninja et un défenseur régulier de Dead or Alive, j’étais donc ravi de plonger dans le Zombie Squad du département de police de Hong Kong: un groupe d’anciens criminels condamnés à perpétuité. Vous incarnez Hannah Stone, aux côtés des camarades Herzog, Doc et Cortez.

Wanted: Le récit fragile de Dead se déroule dans un certain nombre de missions. Ils sont linéaires, mais d’une certaine manière, je creuse vraiment. Des vagues d’ennemis sont parsemées entre les points de contrôle, la plupart assez identiques et répétitives. Il y a des ennemis armés qui peuvent être facilement précipités, un certain nombre d’ennemis de mêlée qui offrent différents niveaux de défi et des monstruosités de type miniboss qui infligent de gros dégâts et nécessitent un timing précis. Leur cheminement peut parfois être un peu bancal, pas toujours sûr de se diriger vers moi ou l’un de mes coéquipiers. Ils suivent tous des schémas simples qui, isolément, sont pour la plupart assez faciles à gérer, à l’exception d’un ou deux ennemis particulièrement coriaces rencontrés lors de la mission finale.

Pierre froide

Wanted: Dead a un mélange de combats au corps à corps et au pistolet, avec Stone capable de couper et de parer avec son katana, d’étourdir les ennemis avec une arme de poing ou de se lancer dans un jeu de tir à la troisième personne classique à couvert. Elle peut également parer certains mouvements avec une arme de poing et échapper aux coups de feu avec une capacité d’esquive. Quand il coule, le combat se sent bien. Trancher un bras ou parer un mouvement au bon moment est super satisfaisant, et Wanted: Dead regorge de mouvements de finition glorieusement sanglants qui n’ont jamais vieilli au cours de mes 12 heures avec le jeu.

Le jeu de tir semble nettement plus faible que le coup de katana, et le système de couverture est assez approximatif. Parfois, Stone ne sortait pas correctement de sa couverture, incapable de tirer sur les ennemis parce qu’elle était trop occupée à planter sa joue contre le mur. Vous avez la possibilité de sauter sur des objets bas, mais je l’ai trouvé trop incohérent pour être utilisé de manière fiable.

La plupart des armes à feu semblaient également assez merdiques à utiliser en dehors du propre fusil de Stone et du fusil de chasse, qui semblent être deux des seules armes capables de toucher réellement les ennemis. Les lance-grenades et les grenades à main de Stone n’infligeaient que peu de dégâts, voire pas du tout, et j’ai finalement renoncé à les utiliser car ils étaient si inutiles.

Sur le plan positif, vous pouvez apporter de petites modifications au pistolet principal et à l’arme de poing de Stone grâce à la personnalisation des armes, et Stone peut également améliorer ses capacités grâce à des arbres de compétences. Les arbres de compétences sont agréables et simples, divisés en compétences offensives, défensives et utilitaires. Il y a un minimum de problèmes lors du choix des compétences dans lesquelles vous souhaitez investir, et la progression de l’acquisition de nouvelles capacités est simple, vous permettant de gagner suffisamment de points pour récupérer vos dernières améliorations avec suffisamment de temps pour en profiter dans la mission finale.

Les ennemis attendent généralement patiemment que Stone ait fini d’anéantir l’ennemi qui se trouve devant elle, ce qui signifie que je luttais rarement avec plus d’un ou deux ennemis à la fois. J’ai rencontré des situations frustrantes et injustes où je me retrouvais coincé entre deux d’entre eux, incapable d’échapper ou de parer mon chemin tout en étant battu de toutes parts.

Je ne suis pas le joueur le plus enclin à l’action et j’ai trouvé les boss de fin de mission particulièrement frustrants. La mission finale m’a donné tellement de chagrin, sans l’aide d’un placement de points de contrôle très sporadique qui a transformé le jeu en un gant avec une gestion lourde des ressources de santé. Un point de contrôle particulier dans la mission finale m’a tué plus de 10 fois, me laissant frustré par mon manque de compétence qui était en contradiction avec mon désir de progresser et de terminer ce putain de jeu.

Vous serez bien chez vous si vous aimez les jeux comme Devil’s Third, Sekiro ou, bien sûr, le classique Ninja Gaidens. Mais en tant que personne qui ne touche pas beaucoup à ces jeux, le pic de difficulté a vraiment ralenti mon temps avec Wanted: Dead.

Du bon côté, il n’y avait aucun problème de performances gênant ou rendant les combats encore plus difficiles. J’ai exécuté la plupart des paramètres graphiques avec l’option la plus élevée sans problème. Pour ceux dont les plates-formes peuvent avoir du mal, il existe de nombreuses options graphiques pour bricoler avec la qualité de la texture, la distance de dessin et l’occlusion ambiante. Pas de lancer de rayons ou de DLSS – je ne pouvais pas imaginer qu’un jeu inspiré de 2007 profite beaucoup du premier, et la configuration système assez faible signifie que le DLSS ne devrait pas être vraiment nécessaire.

J’ai cependant rencontré quelques bugs embêtants qui ont ajouté à la rugosité du jeu. La musique s’arrêtait net au milieu des rencontres et les menus ne disparaissaient pas pendant que le jeu se poursuivait en arrière-plan. J’ai également rencontré quelques plantages qui se produisaient au hasard. Je ne sais pas s’il s’agissait d’un bug ou d’un mauvais mixage audio, mais à un niveau, la voix singulière des ennemis hurlait au-dessus de la musique et de tous les autres effets sonores, ce qui était incroyablement distrayant.

Mort par confusion

La boucle de jeu est un cycle bien rythmé, me ramenant au quartier général de la police à la fin de chaque mission. C’est le jeu le plus ouvert jamais obtenu, avec quatre étages à explorer pour une poignée d’objets de collection et des mini-jeux très déplacés qui transforment Wanted: Dead en un étrange Yakuza. À un moment donné, je finis de regarder une cinématique et je suis immédiatement jeté dans Stone and Gunsmith (exprimé par Quiet de Metal Gear Solid 5) chantant 99 Luftballons pendant que j’écrase frénétiquement mon clavier au rythme.

Ce sont des moments étranges comme celui-ci où je m’assois et réalise que je ne suis même pas tout à fait sûr de ce que je joue. Le récit est partout, me lançant régulièrement des cinématiques complètement inutiles. Une première cinématique passe 35 secondes à suivre Herzog jusqu’à un juke-box, le regardant sélectionner une chanson, puis retourner à sa table. La Zombie Squad passe ensuite une commande flagrante, Stone prenant 24 secondes entières pour demander son petit-déjeuner « et un paquet de cigarettes ». Un peu plus tard, une cinématique d’environ 90 secondes implique que Stone entre dans la cafétéria de la police. Elle s’assoit et examine sans réfléchir chaque assiette de nourriture tout en luttant apparemment pour saisir le concept d’utilisation d’une fourchette. Elle lève les yeux pour voir, pour une raison quelconque, le reste de son équipe assis à une autre table. Ça y est, c’est la cinématique.

Même lorsque les cinématiques essaient de raconter une histoire, elles sont livrées de manière si boisée que je ne suis toujours pas sûr de ce qui se passe. Je ne suis pas particulièrement dérangé par son récit insipide, mais à plusieurs reprises, j’ai dû m’asseoir et dire « What the fuck? » quand une cinématique devenait noire. Parfois, Wanted: Dead recourt à raconter son histoire à travers des cinématiques d’anime, un choix qui m’a donné un coup de fouet cervical sévère la première fois que cela s’est produit. C’est à une telle juxtaposition avec son esthétique normale qu’il ne semblait pas naturel, même si isolément, ils étaient nets et bien animés.

Wanted: Dead est trop janky pour exister avec bonheur dans le jeu grand public en 2023. Mais cela touchera certainement un accord avec un public de niche, dont je ne fais malheureusement pas partie. Soleil avait une vision, et il peut être fier qu’il l’ait sacrément bien réalisée. Ce ne sera pas pour tout le monde, mais pour ceux qui est car, ils passeront un bon moment avec ça.

Aucune étiquette pour cette publication.